Et voilà, ça complète le chapitre des déportations. Ça a été très long, j’y ai passé plus d’un mois! J’ai fait beaucoup plus d’articles que prévu, et beaucoup d’articles qui finalement se séparaient en plusieurs parties parce qu’ils étaient trop long. Je vous remercie de m’avoir suivie dans cette longue aventure, qui j’espère vous a autant intéressés que moi!

J’ai passé des heures dans le musée Vabamu à lire sur chaque objet et à écouter chaque témoignage, tellement je trouvais que tout était fascinant. Et en faisant des recherches supplémentaires pour les articles ici et surtout pour trouver des photos, je continuais à en apprendre davantage, ce qui m’a forcée à faire plusieurs choix et un constat déchirants: il y a encore tellement de choses à dire sur le sujet des déportations, et je ne pourrai jamais clore le sujet! Ce n’était donc qu’un tour d’horizon, et je vous invite à fouiller de votre côté si le sujet vous intéresse. J’ai indiqué toutes mes sources (soulignées en bleu dans mes textes, vous pouvez cliquer dessus) si vous voulez en savoir plus.

Mais surtout j’ai l’intention d’aller un jour en Lettonie, en Lituanie, en Biélorussie, en Moldavie et en Ukraine (probablement pas d’un coup!!), qui sont tous des pays qui ont été touchés par les déportations soviétiques, alors l’occasion se représentera pour moi d’en reparler sous d’autres angles. Et évidemment, je voudrais aussi visiter la Sibérie, la terre d’accueil de tous ces déportés, ce qui me permettra de constater et de photographier les vestiges des gulags! Ce n’était donc en fait qu’une introduction pour un sujet qui reviendra dans les prochaines années.

Le musée Vabamu ne s’arrêtaient pas avec la fin des déportations. Son thème est « les occupations et la liberté », alors il couvrait aussi la période de l’occupation soviétique en Estonie, et la révolution vers l’indépendance de 1991. Ce sont des sujets intéressants, mais je prends une petite pause de musée et j’y reviendrai plus tard. Ça va varier les thèmes! En tout cas, j’ai très hâte de consacrer un article aux blagues soviétiques!

Je tiens quand même à souligner le travail incroyable de tous ceux qui ont participé à monter ce musée. Je le répète, sa force, c’est vraiment les dons de tous les objets et tous les témoignages, qui rendent les expositions tellement plus intéressantes et personnelles.

Finalement on m’a demandé mon opinion, alors que j’ai tenté de rapporter les faits de la manière la plus neutre possible, et de faire transparaître les émotions de mes personnages au lieu des miennes. Je ne surprendrai personne en disant que je trouve ça épouvantable ce qui est arrivé. Mais ce n’est pas très original. Je voudrais donc conclure en disant que la visite du musée, mes lectures, mes recherches et l’écriture de ces blogs a été un processus à la fois fascinant, épuisant… et thérapeutique. J’adore écouter et lire des témoignages, surtout sur des histoires récentes. C’était très triste de lire surtout les histoires qui finissaient mal, ça me vidait. Et en même temps, quand j’ai commencé la série Vabamu, vers la mi-septembre (ça a été si long de me rendre au bout!!), ce moment était voulu parce que c’était l’anniversaire d’événements horribles dans ma vie personnelle. De lire et d’écrire sur le malheur, le courage et la résilience de milliers de personnes m’a énormément aidée à tout remettre en perspective, et c’est mon mot de la fin. On vit tous des drames, et chaque drame doit être ressenti. Mais de s’en relever, et de regarder autour, et surtout, de s’inspirer des gens autour, ça permet éventuellement de se recentrer sur nos chances et nos bonheurs, enfin, pour moi, et je l’espère pour d’autres aussi, quand on est rendu là dans notre processus. De mon côté, évidemment que j’allais trouver l’inspiration du côté de l’Europe de l’Est!

Je suis en train de préparer quelque chose pour parler de ces événements, qui sont arrivés à très très petite échelle, comparé à des déportations qui ont touché des dizaines de milliers de personnes, mais qui, je crois, pourraient quand même parler à quelques uns. Ça risque d’être long, principalement parce que je suis une personne qui vit lentement, mais ça s’en vient!

Merci de m’avoir accompagnée dans cette visite à distance du musée, et on se retrouve pour des histoires d’Europe plus légères dans les prochains jours!

8 commentaires »

  1. C’est toujours avec beaucoup d’intérêt que je lis tous ces récits que tu pouvais vivre de plus près et que tu réussis à nous partager d’une qualité d’écriture de haut niveau. Un travail qui nécessite beaucoup de temps surtout sur un sujet aussi difficile émotivement à relater sans te perdre de vue dans ton parcours personnel.

    Félicitations

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cette longue saga que tu as partagée avec nous! Évidemment tous ces événements te touchaient davantage à cause de ton attachement aux pays de l’Europe de l’Est. Mais tout ce que l’humanité a subi à travers les siècles nous atteints à différents niveaux! Ce qui m’inquiète, c’est ce que tu qualifies d’événements « horribles » dans ta vie personnelle. Je dois avouer que je ne sais pas vraiment de quoi tu parles. Je sais que ton dernier séjour, non complété, dans une troupe de danse en Bulgarie t’a laissée très frustrée, mais je ne dois pas être au courant de toute cette mésaventure. Il s’agit peut-être d’autres événements? L’important c’est d’en sortir et de « se recentrer sur ses chances et ses bonheurs » comme tu le dis si bien!

    Je m’arrête et je vais de ce pas revoir ton blogue de Stara Zagora en 2018-2019. Il y a entre autres le voyage de Francis qui t’a rejoint en février pour faire une tournée avec toi. Il y a de superbes photos!

    >

    Aimé par 1 personne

  3. Me revoilà. J’ai passé une bonne heure avec toi et … Francis (pour une petite partie) dans le blogue de ton séjour à Stara Zagora, Bulgarie en 2018- 2019. J’étais très heureuse d’avoir conservé tout ça dans mon ordinateur! J’ai parcouru toutes les photos avec plaisir.

    Je me souvenais de la fin précipitée et vraiment désagréable de ce contrat. En relisant tout ça après deux ans, j’ai saisi davantage la souffrance que tu avais ressentie. Moi, je l’avais lu, toi tu l’avais vécu!!! Toute une différence! J’ai relu aussi avec beaucoup d’émotion l’histoire de cette petite fille, son très grand rêve qu’elle cultive, son parcours difficile physiquement et moralement. Cette petite fille qui a grandi, c’est toi! Tu as bien fait d’exprimer tout ça dans ce beau texte!

    Et tu as conservé malgré tout la passion de la danse et de l’Europe de l’Est! C’est ancré profondément!

    >

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ces mots! Avec le recul, je suis surtout contente d’avoir pu vivre ce rêve, et d’avoir pu le terminer comme je le voulais cet été en Estonie! Et tous ces séjours finalement m’ont beaucoup inspirée!

      J’aime

  4. J’ai maintenant le livre, Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre. Alors je vais retourner dans l’histoire des déportations et consacrer du temps à la lecture de ce livre en priorité! Ce sera ma façon de conclure cette série en 15 épisodes que tu as intitulé Vabamu, du nom du musée que tu as visité. Je t’en reparlerai.

    Lisette

    >

    Aimé par 1 personne

Répondre à lulues008hotmailca Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s