Je me suis promenée parmi les blocs de Tallinn oui par plaisir, mais avec le but plus précis de trouver le décor brutaliste parfait pour prendre des photos de danse. Déjà avant de partir pour Tallinn, j’avais ce projet un peu sentimental d’immortaliser une dernière séance de danse, et je n’imaginais pas mieux comme fond que ces blocs qui m’accompagnent depuis le début de mes séjours en Europe de l’Est.

Je voulais des blocs, mais le choix du lieu exact a été à la fois compliqué et par hasard. Mes études désignaient trois principaux quartiers de blocs: Lasnamäe, Mustamäe et Väike-Õismäe. Je ne voulais pas prendre ce dernier, puisque j’y avais déjà consacré un article. C’est le hasard un peu qui m’a menée vers Lasnamäe. En sachant que c’était le plus grand regroupement de blocs de la ville, je me suis dit que j’avais plus de chances de trouver ce que je cherchais comme type de blocs. De façon toute simple, sur Google image, je regardais des photos. Puis, je suis allée au centre d’information touristique avec une requête un peu spéciale: l’employée saurait-il me situer sur une carte une rue de Lasnamäe à partir d’une photo?

C’est entre autres avec lui que j’ai appris qu’il y avait des projets de construction très récents dans le quartier. L’image que j’avais sélectionnée datait de 2014, et déjà l’employé me soulignait que des espaces vides sur la photos étaient maintenant remplis de nouveaux blocs. Mais il a quand même réussi le défi, grâce à l’emplacement de la tour de télécommunication de Tallinn (un futur article!) et à la courbe particulière d’une rue. Après un choix plutôt aléatoire, je me suis donc retrouvée, quelques arrêts de bus plus loin, face à un champ de blocs, dans le sous-district de Katleri.

J’ai marché presque 3h pour trouver le décor parfait. Ça prenait un bloc un peu isolé des autres, pour avoir de la place devant, et idéalement pas dans une rue. J’avais surtout des exigences précises pour le look du bloc. Après des années à visiter le secteur des Balkans, j’étais habituée à l’apparence délavée des blocs bulgares, roumains et serbes. Comme j’avais pu le constater depuis mon arrivée à Tallinn, les blocs estoniens ont été mieux traités et entretenus (entre autres grâce à son adhésion rapide à l’Union Européenne) alors ils paraissent moins délabrés. C’est un peu bizarre à dire, mais j’étais à la recherche d’un look miteux, et ça a pris du temps avant d’arriver face à 2 blocs voisins qui me rappelaient mes goûts balkaniques. Ce sont les touches plus foncées sur les balcons, et les petites touches de couleurs des vêtements à sécher, qui tranchaient sur l’austérité de l’ensemble, qui m’ont charmée. Et par chance, ils étaient face à un parc, ce qui allait permettre de prendre des photos en toute sécurité.

Photo prise par moi lors du repérage

La séance photos a eu lieu un dimanche matin très tôt, pour que ce soit le plus tranquille possible. Le temps était très menaçant (assez pour que je passe la nuit à regarder la météo aux heures), mais le ciel gris se fondait bien dans le décor, et par chance il n’a pas plu. Il faisait par contre assez froid, et entre les pauses, je courrais rejoindre la photographe professionnelle que j’avais engagée pour mettre un manteau. Comme le ballet en général, ce qui se passe hors public n’est pas très glamour!

J’ai fait affaire avec l’entreprise Local Grapher, qui met en contact avec des photographes locaux. C’est comme ça que j’ai rencontré Maria, une photographe russe de Moscou établie à Tallinn depuis quelques années

Mon idée était de célébrer à la fois mon amour du ballet, ma passion des blocs, et mon accomplissements d’avoir dansé dans les pays socialistes en combinant les deux. C’était aussi une façon de remercier mon corps de m’avoir menée jusque-là, et d’immortaliser ce rêve qui m’anime depuis toujours. Honnêtement, je ne sais pas qui est le plus magané entre mon corps et le bloc!

Après des années de danse, une fracture de stress au gros orteil, 3 orteils où je n’ai plus de sensation, périostites aux mollets, tendinites aux genoux, déchirure à l’ischio-jambier… et derrière, un bloc qui a traversé l’époque socialiste! Même combat! XD

Enfin, ça faisait aussi partie de la fin d’une longue démarche d’acceptation de soi. Pour les danseuses, et les filles en général, c’est assez dur d’apprécier et d’être à l’aise avec notre corps. En danse, on se regarde constamment dans le miroir, on se fait dire qu’on est trop ci ou pas assez ça… Combien de fois je me suis fait dire que je n’avais pas le corps pour danser… pas assez mince, pas assez souple, trop petit, trop musclé, pas assez allongé… alors qu’il n’y a que deux règles fondamentales pour avoir un corps de danseur… Avoir un corps et… danser! Après des années à me sentir mal, à essayer d’être mieux en plaisant aux autres, ce qui n’a finalement causé que beaucoup de d’amertume, de faim et de blessures, je voulais embrasser mon corps comme il est, et l’utiliser pour faire ce que je préfère: me rendre jusque dans les blocs, et danser! Être heureuse d’avoir des muscles pour le faire, d’avoir mangé pour être en forme (quoique, pas si tôt le matin…), de me tenir debout malgré les douleurs! Bref… soyez fiers de votre corps et de ce qu’il vous permet d’accomplir!

Un très beau souvenir qui comprend le vent typique du climat balte (beaucoup de moments de re-coiffage), un décor enchanteur (pour moi!), et des photos pour me rappeler mon rêve… et que je pouvais me tenir sur les orteils, quand je serai rendue trop vieille et maganée pour bouger!!

Quel serait votre décor de rêve?

Crédits photo: Maria Kolomeitseva https://kolophoto.eu/?fbclid=IwAR36UvwVfAHWIm_SliqFp_Ry0_DpO-_emkWzM2hsFeZgje-nMPix96rM60U

10 commentaires »

  1. Wow! Très belles photos! Tu es magnifique, j’espère que tu n’en douteras plus jamais 😊
    À propos de ce qu’il faut pour danser, un corps et danser, connais-tu le danseur de hip-hop assez renommé, qui se fait appeler Lazy-legs? Il ne peut utiliser ses jambes en raison d’une maladie. Et bien, il danse sur ses mains et fait mille et une pirouettes. Très fort, très artistique et très acrobatique à la fois.
    C’est très mature de ta part de ne plus te laisser atteindre par les commentaires de professeurs, vielles chipies frustrées 😁
    C’est un bel enseignement que tu pourras transmettre.

    Aimé par 1 personne

  2. Andrée a résumé exactement ce que je pense. Je trouve que tu as aussi beaucoup de talent et d’imagination pour réaliser et partager tes choix afin de connaître tous ces endroits qui te fascineront toujours . Bravo

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s