Sur la carte du dernier article sur les migrations en Ukraine, on pouvait voir que les chiffres dataient de 2014… parce que la guerre en Ukraine dure depuis 2014.

On a entendu parler de l’annexion de la Crimée au printemps 2014. Ça ressemble un peu à ce qui se passe présentement: l’Ukraine et l’Union Européenne négociaient des ententes, le gouvernement ukrainien a refusé, et ça a déclenché une crise dans le pays parce que beaucoup d’Ukrainiens auraient voulu se rapprocher de l’Union Européenne. Ça a fait constater à la Russie qu’elle perdait son influence sur l’Ukraine, d’où les tentatives pour regagner les territoires principalement occupés par des russophones, dont la Crimée.

Paysage de Crimée, image prise sur ce site

Cette péninsule disputée a à peu près fait l’objet des mêmes revendications que pour l’Ukraine entière en ce moment: la Russie considère que c’est une région qui lui appartient historiquement, puisque ça a autrefois fait partie de l’Union Soviétique, et avant, de la Russie impériale. La narration employée par la Russie pour justifier l’annexion était aussi semblable: c’était en fait pour libérer les Russes qui y habitaient, pour rétablir l’intégrité géographique de la Russie, pour « corriger » l’erreur qui avait été faite de séparer la Crimée de la Russie lors de l’éclatement de l’Union Soviétique en 1991. Et en-dehors de ça, la Crimée a toujours été une région convoitée à cause de l’accès privilégié qu’elle donne à la mer Noire.

Cette annexation a déclenché des conflits dans la région de l’est de l’Ukraine, le Donbas, collé sur la Russie et aussi principalement habité par des russophones. Des rebelles ukrainiens, séparatistes et désirant être rattachés à la Russie (inspirés par la possibilité de l’être par la Crimée) se sont emparés de villes de l’est. Des sources suggèrent que ça serait en fait des membres des forces armées russes qui auraient déclenché ces manifestations. Et quand on constate qu’aujourd’hui, effectivement, une majorité écrasante d’Ukrainiens ethniques comme Ukrainiens russophones s’unissent face à la Russie, ça ferait du sens. De plus, les prétendus rebelles ukrainiens recevaient du matériel de la part des Russes, on peut donc imaginer que si ça n’a pas été orchestré par le Kremlin, c’était en tout cas largement soutenu. Des militaires russes ont été postés à la frontière ukrainienne. C’est depuis ce moment que Putin menace d’envahir l’Ukraine afin de protéger les Russes qui habitent en Ukraine. Le fait qu’il y ait apparemment des rebelles séparatistes lui servait de preuve pour montrer que les Russes d’Ukraine étaient persécutés (puisqu’ils voulaient se séparer de l’Ukraine), et qu’une invasion permettrait de les sauver (voir la narration du sauveur).

Je trouvais intéressante cette carte linguistique de l’Ukraine. On voit bien une séparation entre l’est et l’ouest. La Crimée est la péninsule en bas, principalement habitée par des Russes. L’est rayé l’est aussi. Au sud, en jaune et beige, bien que le russe soit parlé, c’est par des Ukrainiens ethniques. Il y a aussi des minorités bulgares et roumaines! Image prise sur Wikipédia

D’ailleurs, j’utilise « Ukrainien russophone » et « Russe d’Ukraine » de manière un peu interchangeable, et ça dépend aussi de comment chaque personne se perçoit je crois, et ça dépend aussi de ce sur quoi l’accent doit être mis. Par exemple, pour Putin, c’est préférable de parler de Russes d’Ukraine, pour mettre l’accent sur le fait que ce sont des Russes, donc rattachés à la Russie, mais pour quelqu’un d’autre, il pourrait préférer se désigner comme Ukrainien russophone, pour souligner le fait qu’il est né en Ukraine même s’il parle russe, par exemple. Il y a aussi le fait que beaucoup de familles sont mixtes. Pendant l’Union Soviétique, l’Ukraine et la Russie étaient un peu comme deux régions, ou disons deux états des États-Unis: les gens se promènent facilement entre le Maine et New York, des familles se créent avec des origines d’un peu partout. Donc aujourd’hui, malgré la frontière, beaucoup de Russes ont un côté de famille ukrainien, et vice-versa. C’est ce qui rend la guerre encore plus bizarre et confuse. Mais ça peut aider à soutenir la narration de « l’Ukraine fait en fait partie de la Russie » malheureusement.

Bref, si on revient à l’est de l’Ukraine à l’été 2014, il y a des troupes russes à la frontière, et des preuves de début d’invasion: des vidéos de tanks qui traversent, par exemple. Il commençait déjà à y avoir des morts dans ces confrontations, et, comme on l’a vu, des gens ont quitté la région pour se sauver et aller vivre ailleurs en Ukraine. La situation n’était pas aussi menaçante que maintenant, en tout cas, pas pour le reste du monde, mais pour les Ukrainiens qui perdent des proches et qui vivent dans la peur depuis 8 ans, la guerre avec la Russie a commencé en 2014, et non pas le 24 février 2022. Ce n’était juste pas aussi médiatisé dans le reste du monde avant, et personnellement je crois que c’est parce que avant février, ça ne nous impliquait pas autant. En tout cas c’est bien que maintenant oui, mais l’échelle du temps n’est pas la même!

4 commentaires »

  1. Tu es meilleure que la plus part des journalistes et historiens pour expliquer les faits des origines de cette guerre.
    Merci j’ai beaucoup appris dans ce blogue
    La je vais aller lire – la narration du sauveur.

    Merci

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s