Alors voilà, c’est hier que j’ai mis mon point final à mon mémoire… entre deux articles sur le conflit Russie-Ukraine. Drôle d’ambiance!

Bon déjà pour parler de ma rédaction, ce n’est pas complètement la fin, puisque je dois passer par plusieurs étapes de vérification/corrections/évaluation encore, et ça devrait être publié vers mai-juin, donc c’est encore loin. Je pourrai vous tenir au courant des prochaines étapes si ça vous intéresse! Mais au moins le plus important, et le plus éprouvant est fait. Pour donner une idée de ce que ça représente, j’ai commencé mes recherches préliminaires et à me constituer une bibliographie à l’automne 2020. J’ai présenté ma proposition de recherche en mai 2021. Puis comme vous savez j’ai fait une formation en éthique de la recherche et une demande pour des entrevues à l’été 2021, qui a été approuvée à l’automne 2021. Je suis partie recueillir des témoignages et consulter des archives en décembre 2021. À travers tout ça, je continuais à faire des lectures pour accumuler le plus d’informations possible sur mon sujet. Et enfin, j’ai écrit, de la mi-janvier jusqu’à hier. C’est assez court et intense comme période d’écriture, c’est par choix. J’ai la chance pour ça d’avoir un travail avec des plages horaires variables. Je consacrais environ 1 semaine par section. Je voulais le faire rapidement, en partie pour que ce que j’ai écrit soit toujours relativement frais dans ma tête, mais aussi pour avoir plus de temps pour me réviser, me faire réviser par mon directeur de recherche, et appliquer des modifications au besoin. Ce sera le travail des prochaines semaines. Et enfin, je devrai remettre la version finale en avril. Ça approche!

Donc bien sûr j’étais très contente de franchir cette étape hier. C’est bizarre, parce que être assis (ou couché) devant un ordinateur, c’est reposant physiquement, mais oh là là que c’est forçant pour la tête! J’allais me coucher plus fatiguée qu’après une journée de danse. Maintenant, c’est fini! Ça me permettra de revenir à d’autres projets que j’avais un peu mis sur pause, comme ce blog justement. Et ça semble tomber à pic, vu ce qui se passe en Europe. C’est assez compliqué de ressentir de la joie ou du soulagement en ce moment…

Évidemment, comme pas mal tout le monde, je suis scandalisée par ce qui se passe, et très triste. Je ne suis encore jamais allée ni en Ukraine ni en Russie, mais c’était des voyages prévus. Ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que je parle de la Russie depuis… toujours? Et j’avais eu la chance de la voir cet été, depuis l’Estonie. Une rivière me séparait de ce pays mystique, si paisible en apparence. J’avais eu comme projet d’aller en Ukraine quand j’étais en Roumanie, vu que c’est collé, mais des problèmes de Visa m’en ont empêchée. Bref, c’était deux pays que je voulais visiter absolument. C’est effrayant de penser que ça serait peut-être très différent, quand ce sera sécuritaire d’y aller, on ne sait même pas quand…

Vue sur la Russie depuis Narva en Estonie, été 2021

Je me suis par contre dit que ça serait pertinent de profiter de mon blog, qui est quand même un recueil d’histoires de l’Europe de l’Est, pour parler de ce sujet. Par contre, je ne sens pas que j’ai assez de connaissances sur le sujet pour le faire correctement. Et ce que je peux dire pour l’instant, c’est que le conflit qui s’amorce, en-dehors des attaques physiques, en sera un de cyberattaques et de propagande, en répandant des informations fausses ou exagérées pour influencer l’opinion du public. Alors, je trouve que c’est un peu risqué de ne se fier qu’aux nouvelles qui circulent à la télévision ou sur les réseaux sociaux. Le sensationnalisme, ça fait beaucoup de vues… mais ça peut être des articles commandités, donc qui taisent des informations, par exemple. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus objectif.

Mon département, qui est quand même l’Institut d’études européennes, russes et eurasiennes, donc plutôt concerné par ce qui se passe, organise une série de conférences avec des professeurs, des analystes et des spécialistes du sujet. Je me suis inscrite afin de mieux comprendre ce qui se passe, et dans le but de pouvoir vulgariser ici, en rajoutant mes touches personnelles et mes recherches pour que ça reste quand même intéressant et pas trop déprimant à lire. C’est une situation affligeante dans une région du monde qui me tient tellement à cœur, comme vous le savez, alors je trouve ça important d’en parler. Dès mercredi prochain, 2 mars, je pourrai commencer cette série qui j’espère ne sera pas très longue.

En attendant, je voulais quand même souligner que ce conflit, personne ne le veut. Je connais plusieurs Russes et Ukrainiens, aussi tristes les uns que les autres de ce qui se passe. Les Russes surtout ont le dos large avec tous les scandales qui impliquent le pays, mais les Monsieurs-Madame-tout-le-monde qui vivent tranquillement leur vie ne sont pas à blâmer. C’est une guerre d’ego des personnes en haut. Et malheureusement, ça touche tout le monde en bas.

Bref! Rendez-vous mercredi prochain pour un debrief de la situation, et entretemps, faites attention aux sources d’informations, et je me remets aussi à écrire des articles plus légers sur des sujets plus joyeux comme des chats au soleil!

12 commentaires »

  1. Je suis soulagée pour toi que cette pénible étape de recherche et de rédaction soit terminée! Tu pourras aller prendre l’air et te détendre pour quelques jours. La suite logique de ton mémoire devrait être acquise assez facilement.

    Nous reparlerons de la guerre en Ukraine dans les jours à venir. Nous sommes inondés d’informations avec vues en direct des tristes événements, commentés par d’excellents reporters sur place. Je parle ici de Radio -Canada et RDI, ainsi que des spécialistes qui sont invités pour analyser les informations. Ce sont mes sources. Tant mieux si tu peux en ajouter. La propagande se faufilera plutôt sur les réseaux sociaux de tout acabit, s’il y a lieu.

    Poutine est un désaxé en délire qui ne représente pas son peuple!

    >

    Aimé par 1 personne

  2. Bravo pour ta version – de mémoire 👌

    Aussi pour ton approche journalistique sur le sujet d’actualité!

    Ce qui me réconforte beaucoup au sujet des Russes est de voir les manifestants en Russie qui risque beaucoup et qui sortent dans les rues pour condamner leur gouvernement.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s