J’ai eu l’idée de cet article en faisant une lecture d’école qui compare la situation économique de certaines villes d’Europe, dont justement les deux énoncées, et une autre en Bulgarie. Certains étudiants se reconnaîtront, à l’université, il y a énormément de lectures et parfois pas assez de temps, alors il faut lire vite et malheureusement parfois assez en surface… ce qui fait que , du coin de l’œil, ces trois endroits peuvent être confondus. Et là, je veux écrire là-dessus, parce que ça fait plusieurs fois que ça me ralentie dans mes lectures sprintées!

Et pour bien faire, vu qu’on a deux villes et un pays, sachez qu’il y a également une ville en Bulgarie qui s’appelle « Burgas », alors voilà, le « Bu » est très populaire dans cette région.

Mais à part les lettres, ces trois endroits n’ont pas grand chose en commun. Ils sont en Europe de l’Est, oui, ce sont des lieux post-communistes, alors ils partagent certains traits, mais pour les avoir visités les trois, j’ai surtout des différences à remarquer.

D’abord, Budapest est la capitale de la Hongrie, et les Hongrois, au milieu de tous les Slaves qui habitent l’Europe de l’Est, sont de la même famille ethnique et linguistique que les Estoniens et les Finnois! Bucarest quant à elle est la capitale de la Roumanie, et aussi une enclave, latine cette fois, parmi les pays slaves. Et enfin, la Bulgarie est la représentante dans ce trio des Slaves du sud.

Budapest est l’une des villes dans l’un des pays qui s’en est le mieux tiré, économiquement parlant, pendant la transition vers le capitalisme. On le voit bien sur le plan de l’architecture de la ville. Déjà, de mon côté, c’est ce qui attire le plus mon regard quand je visite un endroit. Mais surtout, Budapest est réputée pour son architecture, et connue pour son magnifique parlement.

Budapest, traversée par le Danube, et le parlement au centre

Située en Europe centrale, la Hongrie a été beaucoup moins touchée par l’Occupation ottomane que les pays des Balkans, dont la Roumanie et la Bulgarie. Elle a fait partie de l’Empire Austro-Hongrois (l’Impératrice Sissi!), ce qui fait qu’elle a une histoire bien différente, et des bâtiments qui impressionnants qui rappellent justement ceux de Vienne. Et la situation économique du pays a permis de mieux les conserver/restaurer.

Voisine immédiate, la Roumanie, et sa partie sud, dont Bucarest fait partie, a été pendant un temps sous domination ottomane (Turquie jusqu’au début du 20e siècle). D’ailleurs, l’histoire de l’Empire ottoman en Europe est plutôt fascinante, ça sera peut-être une prochaine série! Mais pour en revenir à Bucarest, qui ressemble à son alter-ego hongrois à deux lettres près, ce n’est pas du tout, sur le plan de l’histoire et de l’architecture, l’équivalent roumain de Budapest.

Centre-ville de Bucarest

Je parle brièvement de l’Empire ottoman parce que bien que ses effets soient controversés, une des conséquences indéniables est que les pays européens qui en ont fait partie n’ont pas évolué au même rythme que le reste de l’Europe. Quand l’Empire a commencé à s’effondrer vers la fin des années 1800, les villes des pays émergents étaient à peu près dans le même état qu’un siècle plus tôt. De façon générale, les villes ressemblaient à des gros villages avec des routes de terre et des maisons à 1 ou 2 étages seulement. En accéléré, et pour se réapproprier leur territoire et leur nation, ces pays ont entrepris de moderniser leurs villes. C’est une des choses qui différencient Bucarest de Budapest. Pas (ou peu) de bâtisse de style baroque, datant de l’époque baroque, pour la première. Les deux, à leur façon, montrent les traces d’une ancienne domination différente. Et alors que Budapest semble resplendir de grandeur et de royauté, Bucarest s’est plutôt tournée vers sa grande sœur latine, la France. Paris a en effet servi de modèle pour moderniser la ville! On retrouve à Bucarest un arc de triomphe et une grande avenue inspirée des Champs-Élysées. Pour moi, Budapest est dorée, comme le Parlement l’est dans la nuit, et Bucarest est blanche, tirant vers le gris à cause de tous les nouveaux blocs appartements qui se sont ajoutés sous Ceausescu.

Parlement de Budapest

Et enfin, si la Bulgarie se distingue difficilement des deux autres par des yeux fatigués de lire, elle se démarque simplement par le fait de représenter tout un pays plutôt qu’une unique ville. Je parlerai donc de Burgas, qui est une ville côtière sur le bord de la Mer noire. Elle est surtout connue pour ses plages, c’est une destination touristique avant tout, qui était fréquentée par tous les résidents de l’Europe de l’Est pendant le communisme. Les Polonais y sont particulièrement nombreux, au point que des restaurants offrent des menus spécialement en polonais! Burgas est donc pour moi une ville bleue pleine d’hôtels avec vue sur la mer, ce qui cache les blocs communistes derrière pour les résidents qui y vivent à l’année, et d’autres trésors comme des maisons bulgares traditionnelles au toit orangé.

Sunny Beach, la plage la plus connue de Burgas, image prise sur ce site

Parce que oui, le point commun de ces trois endroits est évidemment l’abondance des blocs!

Et voilà, petit tour d’horizon de trois « Bu ». Lequel vous attire le plus?

6 commentaires »

  1. Comme j’ai eu la chance il y a 20 ans, de visiter Budapest pendant quelques jours et de visiter son parlement en particulier, j’ai nécessairement une préférence pour cette ville divisée en deux, Buda et Pest reliés par les ponts des Chaînes et Erzebeth qui traversent le Danube. Ces ponts se traversent à pied. Nous avons beaucoup marché dans cette ville accueillante! Nous avons aussi fait une excursion sur le Danube pour aller explorer un peu la région. De beaux souvenirs!

    Mais ce Bu qui se retrouve à plusieurs reprises a-t-il une signification particulière?

    >

    Aimé par 1 personne

    • C’est une coïncidence que ça sonne aussi proche en français! Budapest se pronconce « Boudapecht » en hongrois, et Bucarest, « Boucourechti » en roumain, tandis que Bulgarie, en bulgare, a un son qui n’existe pas en français, et se prononce à peu près « Beulgaria ». Et Burgas devient « Bourgas »
      Alors finalement, dans les langues d’origines, il n’y a pas de lien entre tous ces « Bu », c’est l’adaptation dans les langues de l’Ouest qui donne ça!

      J’aime

  2. Comme les étudiants ça m’a un peu ralentie dans ma lecture 😨. Mais comme Lisette sans y être allée j’opterais pour Budapest j’aimerais bien me balader sur les ponts qui traversent le Danube et le doré du parlement qui illumine la promenade en soirée. Je trouve intéressant cet article je suis toujours un peu mélangée entre c’est Bu, d, c, g.

    Aimé par 1 personne

  3. Moi c’est aussi Budapest. J’ai adoré la visiter avec toi. D’ailleurs je dois y retourner avec Claude un jour pour retourner dans le RuinePub où j’ai laissé un petit graffiti à son intention😍

    Ce que j’ai vu de Bucarest (secteur de la’ Aeroport) ne m’avait tellement attiré. Mais ce n’est pas représentatif du centre-ville.

    C’est certain que la proximité des trois noms laisse croire à une histoire commune!
    F

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s