Voilà une histoire d’Estonie que je gardais spécialement pour l’Halloween! Et aussi, il y a on dirait très longtemps, quand je suis arrivée à Tallinn, j’avais demandé si des sujets en particulier vous intéressaient, et quelqu’un avait parlé des lieux hantés. C’est une histoire qui m’a été raconté lors d’un tour guidé de la vieille ville. Alors il y a certainement plusieurs versions, selon qui raconte, et comme apparemment ça date de plusieurs centaines d’années, il y a certainement eu en plus des modifications et des ajouts entre temps.

Cette histoire se passe dans une bâtisse qui est aujourd’hui un restaurant, Rataskaevu. C’est d’ailleurs l’un des meilleurs restaurants, probablement le plus recommandé de la ville pour la nourriture estonienne et pour la gentillesse du personnel. C’est là que j’ai mangé un délicieux sorbet à l’argousier. Les serveurs écrivent un petit message personnalisé sur la facture! C’est ce que la guide avait dit, alors j’y suis allée pour voir si cette légende en particulier était vraie, et oui. Je n’ai pas eu la chance de vérifier l’autre légende, celle de la pièce hantée au dernier étage…

Les passants qui viennent voir le dernier puits de Tallinn remarqueront peut-être que sur la façade d’une des bâtisses qui l’entourent, il y a une petite fenêtre qui brise la symétrie (que, comme vous le savez, j’admire tellement). C’est l’histoire derrière cette fenêtre que je vous raconte aujourd’hui.

Petite fenêtre juste en haut de la pointe du toit du puits!

Il était une fois, on ne sait pas exactement quand, mais il y a longtemps, le propriétaire de cette maison faisait face à beaucoup de difficultés financières et dans sa vie personnelle, et était devenu dépressif. Au point d’avoir presque décidé de s’enlever la vie. Alors qu’il s’apprêtait à passer à l’acte, avec beaucoup de bouteilles d’alcool devant lui, un étranger cogne à sa porte. Peut-être soulagé de cette interruption, il va ouvrir. L’étranger dont le visage était dissimulé par une large capuche lui fait une offre pour le moins… étrange, mais impossible à refuser. En échange d’un sac d’or, il aimerait louer une chambre au dernier étage pour la nuit. La seule condition est que personne ne doit entrer, voir ou même espionner ce qui s’y passe.

Évidemment, un sac d’or règlerait tous les problèmes du propriétaire, alors il accepte sans poser de question et promet une complète intimité. La nuit arrive, et il entend beaucoup de bruit dans la chambre. Des invités encapuchonnés continuent d’arriver, et il semble y avoir beaucoup plus de monde que ce que la capacité de la chambre permettrait. La curiosité finit par l’emporter (sans surprise), et il monte discrètement les escaliers. Il jette un coup d’œil à travers le trou de la serrure, et ce qu’il voit lui glace le sang! Les fêtards, maintenant sans capuchon et bottes, ont tous des grandes cornes de bouc, des sabots, et une magnifique mariée est accompagnée par nul autre que le diable lui-même.

Effrayé, le propriétaire se sauve et passe le reste de la nuit caché. Le lendemain matin, tout est silencieux. Il trouve le courage de monter dans la chambre. Elle est vide, et au centre trône un sac rempli d’or. Il s’approche, et alors qu’il s’apprête à saisir le sac, celui-ci est réduit en poussière. Pas d’or pour lui, il n’a pas respecté sa part du contrat, et le diable voit tout…

L’histoire ne dit pas si le propriétaire a finalement surmonté ses problèmes. Par contre, il semblerait que le diable ait pris l’habitude de revenir utiliser cette chambre quand bon lui semble. Après tout, Tallinn est tellement une belle ville et attire toutes sortes de touristes! C’est pourquoi cette pièce a été condamnée pendant longtemps, et la fenêtre a dû être bloquée par un nouveau mur par-dessus, pour que personne, par hasard ou consciemment, ne voit ce qui s’y passe.

Éventuellement, l’un des propriétaires suivants a trouvé que ça avait assez duré, et qu’une pièce vide est une perte d’argent. Il a donc rouvert la chambre, et a fait percer une autre fenêtre, qui est la petite fenêtre à côté de celle condamnée. Il semblerait que beaucoup de témoignages aujourd’hui racontent que les employés de ce restaurant, qui loue aussi des chambres, peuvent ressentir une présence lorsqu’ils montent à l’étage. Certains disent qu’ils s’enfargent parfois dans le vide, ou se font pousser, alors qu’ils sont seuls… Un touriste américain chasseur de fantômes a voulu aller voir par lui-même, et a confirmé ressentir des vibrations…

Bref, on ne sait pas si c’est vrai ou non, mais c’est le genre d’histoire tellement vieille que tout le monde prend pour acquis que c’est arrivé et que ça fait partie de l’histoire de la ville. De mon côté, je n’ai rien ressenti de maléfique ou d’étrange quand j’ai mangé dans cette bâtisse, mais je suis restée au rez-de-chaussée…

Hanté ou non, ce restaurant sert un délicieux sorbet à l’argousier!

10 commentaires »

  1. Nous, c’est notre chalet qui était hanté, hier soir…Vraiment vrai là ! 😱
    Pas vraiment fun du tout par contre…seuls au fond de la forêt
    Bien content de dormir dans ma maison pas t’hantée ce soir

    Sur ce…bonne nuit là !

    (mais sérieux…vraiment vraiment là 😧 )

    Aimé par 1 personne

  2. J’aurais sûrement mangé dans ce grand resto sans problème mais là haut non les entités me font tellement peur mais j’aurais aimé que toi tu montes je reste curieuse et septique. Juste de connaître cette légende va m’empêcher de dormir ce soir 😧🥶😱🤔👻

    Aimé par 1 personne

  3. Quelle belle légende. Je l’aime toute!
    J’aimerais qu’il y sut ce genre de légendes à Loretteville ou Montchatel. Il faudrait en inventer une ! Ça attirerait le tourisme ici😆

    Mais Après l’avoir lu je ne risquerais pas une visite au 4ieme !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s