Je n’avais que 5 jours pour visiter l’Estonie, dont une journée déjà consacrée à la visite des blocs de Väike-Õismäe (pas mal mon activité préférée). Ce n’est évidemment pas assez pour découvrir tout un pays, donc je me suis concentrée sur les deux extrêmes, géographiques comme culturels. À l’est, la frontière russe, qui symbolise par la même occasion le passé soviétique du pays; et à l’ouest, les îles disséminées dans la mer Baltique, vers le reste de la trilogie balte. Concentrons-nous aujourd’hui sur l’extrême ouest.

L’Estonie est connue pour ses îles (1520!!). Je trouvais donc important d’en visiter au moins une, puisque ça fait partie de la fierté du pays. Mon choix s’est arrêté sur l’île de Saaremaa, pour la simple raison qu’il y a un bus direct de Tallinn à Kuressaare, la capitale de l’île. Mais Saaremaa était aussi une destination intrigante pour moi parce que:

-c’est à l’extrême ouest, donc ça me faisait parcourir toute une région et la moitié du pays en 1 journée

-l’île est célèbre pour être une destination touristique et culturelle propre, c’est-à-dire que c’est une destination qui prône les produits d’artisanats locaux, en plus d’être « eco-friendly ». Par la route, l’entrée sur l’île passe par un ferry, qui diffuse des pubs en continu sur les produits certifiés d’un logo de style « made in Saaremaa ». On est donc certain de pouvoir rapporter des souvenirs qui viennent littéralement de la place, ou de manger des vraies saveurs de l’île.

Logo qui certifie qu’un produit vient de Saaremaa

C’est aussi une île qui fait partie du Green Destination Program, dont l’objectif est de rendre le tourisme plus éco-responsable. Saaremaa a en fait carrément gagné la Sustainable Travel Competition en 2020. Parenthèse ici pour dire que l’écologie occupe une grande place en Estonie, par l’attention porté sur justement la localité des produits, mais aussi par la propreté et la responsabilité, ce que j’ai trouvé vraiment génial et surprenant. Un exemple concret, il n’y a pas tellement de poubelles dans les rues. Mais il n’y a jamais de déchets qui traînent par terre. Les Estoniens ont la conscience de se ramasser et d’aller jeter leurs déchets. Ils ont même parti le World Cleanup Day, qui se tient le 18 septembre chaque année, et qui est une journée dédiée à se promener dans les rues avec des gros sacs poubelle pour ramasser tout ce qui traîne! Dans leur cas, ça ne doit pas être si gros… je n’imagine pas ce que ça donnerait au Québec! Ce n’est pas du tout la même mentalité… En Estonie c’est juste inconcevable de genre laisser traîner un cup de café quand il est fini… alors qu’ici, c’est carrément devenu normal! Bref, je trouve ça fantastique pour ce peuple d’avoir de base cette responsabilité sociale ancrée, puis en plus de prendre des initiatives pour s’assurer d’offrir à la société, et aux touristes, un environnement propre, respectueux, accueillant et plein de saveurs locales! Et… bravo aux Québécois qui agissent comme ça aussi! (Papa, Vincent: 🙌🏻🙌🏻🙌🏻)

-le point le plus au sud de l’île est à seulement 29 km de la Lettonie, et sa côte peut être aperçue par temps clair!

-c’est d’ailleurs pour cette raison que pendant l’occupation soviétique, les citoyens estoniens considérés comme dissidents (à risque pour le régime) n’avaient pas le droit de s’y installer (les zones frontières étaient interdites pour ces gens). J’en reparlerai dans un prochain article!

-même si c’est théoriquement une île estonienne, Saaremaa a été occupée par des Vikings, puis des Suédois et des Danois, et l’Empire russe, au Moyen-Âge. Les Allemands y sont passés pendant les guerres mondiales. C’est donc un territoire qui a été très convoité, avec une position stratégique au milieu de la mer Baltique.

Donc, je prends un bus très tôt un matin pour partir découvrir cette île prometteuse. La suite dans un prochain article, mais vous pouvez maintenant vous douter que ça n’a pas été si simple…

P.-S. En passant, aujourd’hui (20 août) marque les 30 ans d’indépendance de l’Estonie! L’histoire pour la gagner et la séparation de l’Union Soviétique est vraiment intéressante et particulière alors j’y consacrerai aussi un article bientôt!

8 commentaires »

  1. merci pour le clin d’oeil sur notre corvée Vincent et moi aux 750 canettes de bière de dimanche dernier. C’est inconcevable mais c’est bien le cas! Nous avons sorti de notre beau parc Montchatel tout ceci en moins d’une heure! C’était le résultat de notre belle culture eco- irresponsables d’un certain groupe de Québécois.

    papa xxx

    Aimé par 1 personne

  2. C’est important de souligner l’ecoresponsabilité de ce pays. On devrait pouvoir dire ça de tous les les pays et de plus en plus! Félicitations à Francis et Vincent pour leur geste de ramassage dans le parc, mais ça ne devrait même pas être nécessaire si tous les Québécois agissaient de façon responsable!

    Pour ton activité, je trouve que c’est un beau choix d’aller te promener sur la mer Baltique pour rejoindre cette île. Ça te donne une autre perspective de l’Estonie et même de la Lettonie. A suivre.

    Si le 20 juillet est l’anniversaire de l’Estonie, c’est aussi notre/mon anniversaire de mariage, le 55è hier!

    Lisette

    >

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s