Je vous parle aujourd’hui du musée du KGB, une visite que j’avais très hâte de faire!


Comme l’Estonie faisait partie de l’Union soviétique, ça prenait une surveillance constante pour s’assurer que rien ne pouvait nuire au système. Il y avait donc un quartier général du KGB dans la vieille ville de Tallinn (aujourd’hui reconverti en appartements).

Ce qui est particulier en partant, c’est que le musée est situé dans un hôtel, l’hôtel Viru, qu’on reconnaît facilement de loin avec ses 23 étages face à la mer. Et en fait, ça a été logique de l’installer là, parce que le KGB et l’hôtel sont étroitement liés.


L’hôtel a ouvert en 1972, au moment où l’Union soviétique vivait un « dégel » des relations internationales, et, entre autres, a établi un partenariat avec la Finlande. Ça voulait dire que des touristes étrangers, principalement Finnois, pouvaient maintenant venir, sous certaines conditions évidemment, pas juste pour visiter pour le plaisir (par exemple, pour des raisons diplomatiques). Tous les étrangers seraient logés dans cet hôtel, ce qui permettrait de les surveiller plus facilement. 

Construire cet hôtel imposant, richement décoré et rempli de restaurants et bars servait de propagande pour montrer aux étrangers comment le communisme était une réussite. Tous les divertissements offerts dans l’hôtel (dont un cabaret très célèbre) servaient aussi à ne pas donner envie de sortir en ville.


Mais surtout, cet hôtel permettait de surveiller étroitement les étrangers, en particulier ceux qui arrivaient de pays capitalistes, pour s’assurer qu’ils ne contacteraient pas d’Estoniens, qu’ils n’y aurait pas de fuite d’information militaire par exemple, bref, qu’il ne se passerait rien de louche. Il fallait aussi s’assurer que des Estoniens ne tentent pas d’entrer en contact avec ces visiteurs étrangers. Il était donc naturel qu’un bureau du KGB soit secrètement installé au 23e et dernier étage de la bâtisse, qui, en théorie n’existait pas. L’ascenseur ne se rend pas, et sur la porte qui y mène, il est écrit en russe et en estonien: « Il n’y a rien ici ». Ce bureau était lié par une ligne téléphonique directe au quartier général du KGB. C’est dans ce bureau que le musée est placé.

Plan des micros: chaque X est un micro


L’hôtel Viru est surnommé « micro-concrete building », moitié béton, et moitié micros. Le degré de surveillance est assez impressionnant. On peut voir sur ce plan d’un étage les endroits où les micros étaient installés dans les murs. Des agents au 23e étage passaient leurs journées à écouter ce qui se passait. Quand un visiteur était catégorisé comme particulièrement dangereux (par exemple, un Américain), la chambre à côté de celle qu’il occupait n’était pas attribuée. Un agent s’y installait pour l’observer, en positionnant une caméra vis-à-vis un minuscule trou dans le mur fait exprès. Il y avait aussi des micros disposés un peu partout dans les lieux public, par exemple les corbeilles de pain des restaurants. Des vieilles femmes à l’air inoffensif étaient aussi engagées et placées aux portes de l’hôtel pour noter en détails les allers et venues. Ça fait vraiment intense, j’imagine les compilations de bandes audios et de textes, qui au final devaient être parfaitement banals la plupart du temps…


Quand l’Estonie est devenue indépendante en 1991, les agents du KGB ont quitté en une nuit, et on saccagé l’intérieur de leur bureau puisqu’ils n’avaient pas le temps d’apporter leur matériel et dossier. Ce qui a été découvert par la suite a permis de comprendre comment ça se passait dans cet hôtel, et une partie des rouages du KGB en Estonie.

Machine à écrire, paperasse déchirée
Matériel endommagé lors de la fuite (fils arrachés) qui servaient entre autres à écouter les micros
Bureau du KGB. On peut voir des bandes audios brisées, le téléphone a été défoncé pour arracher les enregistrements à l’intérieur pour les amener rapidement



Maintenant c’est un hôtel normal, avec un musée, et une très belle vue sur Tallinn! Heureusement que les photos sont permises, parce qu’à l’époque, non!

Quartier plus moderne sous un ciel menaçant
L’opéra (jaune et vert) vu de haut
Vieille ville et mer Baltique



Oseriez-vous prendre une chambre là?

13 commentaires »

  1. Je réponds à ta question et c’est non! Ça doit sentir encore le KGB à plein nez! J’ai une grande aversion envers tout le système communiste!

    Ma question à moi est: comment pouvais-tu te rendre là? A pied 🦶?, en autobus ou avec un chauffeur privé?

    Bonne deuxième semaine de stage. 💃 Prends bien soin de toi.

    Lisette 🏞🎆🌄

    >

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s